•  

    Conduits par Ben Wade, des hors-la-loi attaquent une diligence. Le conducteur est tué. Le fermier Dan Evans et ses deux fils ont assisté à la scène. Wade se rend ensuite dans la ville voisine, accompagné de ses complices. Dan, qui s'y trouve également, le fait arrêter. Pour gagner 200 dollars, il accepte de surveiller le malfrat. Installés à l'hôtel, Dan et son prisonnier attendent le train de 3h10 pour Yuma...

    **********

     " Je tiens 3h10 pour Yuma pour mon meilleur western : j'ai essayé de créer un nouveau style dans la manière de raconter une histoire et j'y suis parvenu, du moins je le pense " disait Delmer Daves lors d'un entretien en 1960.

    Un duel entre un fermier qui devra déjouer les ruses physiques et psychologique du hors la loi et trouver une obligation morale à sa mission et résister eux tentations du bandits. Ce même bandit, homme extrêmement intelligent, ne cesse de chercher la faille qui lui rendrait sa liberté mais peu à peu son gardien le déduit par son incorruptibilité.

    Ce film peut nous rappeler un autre grand classique du genre " Le Train sifflera trois fois " qui nous donne également une leçon sur la droiture, l'héroïsme et l’honnêteté. 
    Les deux films possèdent d'autres points commun : titres horaires - noir et blanc - mélodie et chanson - la mise en scène - même froideur et austérité apparentes - huis-clos citadin à partie d'un certain moment jusqu'à l'arrivée du train - la tension du final. Deux films très ressemblant mais paradoxalement opposé car l'un peut s'apparenter à un exercice de style et le second par une mise en scène ultra-perfectionniste. 

    3h10 pour Yuma (1957) - Delmer Daves

    Que dire du final étonnant ? Après avoir été ennemi durant tout le film, le bandit, contre toute attente, sauve le vie du fermier en acceptant de se laisser emprisonner. 
    Y a pas à dire, la nature humaine montre quelques fois son bon côté. Les deux hommes ont appris à s'apprécier et ne pas se juger. Une fois son travail accompli, le fermier recevra la prime promise et mettra ainsi sa famille à l'abri du besoin. 
    Fier d'avoir accomplit cette action à l'égard du fermier, le sourire aux lèvres il dira
    " De toute façon, il me sera facile de m'évader de la prison de Yuma ". Le fermier lui rétorque que son boulot terminé, ce ne serait plus son problème. Une amitié est-elle en train de se nouer entre les deux protagonistes ? Le bandit devient de plus en plus sympathique. Nous sommes déjà prêt à lui pardonner tous ses méfaits.

    Notons au passage que c'est Glenn Ford qui devait jouer le rôle du fermier mais il insista pour se faire donner celui de Wade. Un rôle plus complexe, à la fois enjoleur, sympathique, pervers, haïssable et il excelle dans tous ces différents registres et prouve s'il en est encore besoin de le souligner qu'il est un excellent acteur. 
      

     


    votre commentaire
  • 12 homme en colères - Sidney Lumet

    Un jeune homme d'origine modeste est accusé du meurtre de son père et risque de mort. Le jury composé de douze homme se retire pour délibérer et procède immédiatement à un vote : onze votent coupable, or la décision doit être prise à l'unanimité. Le juré qui a voté non-coupable, sommé de se justifier, explique qu'il a un doute et que la vie d'un homme mérite quelques heures de discussion. Il s'emploie alors à les convaincre un par un.

    **********

    Douze hommes, un accusé. L'enjeu du film n'est pas de savoir si le prévenu est coupable ou innocent mais de savoir si sa culpabilité ne fait aucun doute. La vie d'un homme se joue à un doute près. Une subtile nuance qui fait tout l’intérêt et la force du film puisque ce n'est pas un individu qui est jugé au travers de e film mais bien la société américaine en entier. En effet ce sont les attitudes et préjugés de juré qui sont en procès ici.

    Douze hommes, douze personnalités différentes et à travers elles ont passe en revue toutes les souches sociales. Douze hommes, un chef d'orchestre. A l'exception du premier et du dernier plan l'intégralité du film se déroule dans une pièce unique.

    Ce classique ne vieillit pas. La mécanique en est si précise, l'interprétation, si convaincante qu'il se revoit avec la même passion.

    Le film de Lumet se nourrit de l'importance des détails. Puisque le vote n'est pas unanime, les jurés vont devoir retracer tout le procès, et tenter de se convaincre mutuellement qu'il faut ou non envoyer l'accusé à la chaise électrique.

    Pour réussir un huis clos, il faut être un maître absolu du suspense. Douze hommes en colère en est empli : quand Henry Fonda se lève seul, seul contre tous, et subit la colère des autres jurés, il est difficile d'imaginer comment il arrivera à tous les convaincre.

    Cette tension est accentuée par la chaleur du " jour le plus chaud de l'année ". Tous les jurés transpirent, se plaignent, veulent en finir. La chaleur accentue l'énervement des jurés, qui sont confrontés à l'impossible contrôle de leur pulsions émotives, induites par l'absence de bien-être. 

    Chacun des jurés est désigné par un numéro : on ne connait le nom d'aucun d'entre eux. Ils sont représentatif d'une certaine Amérique. Pas de femme, encore moins de minorités, et pourtant ces blancs vont statuer sur le sort d'un homme de couleur, mais des classes sociales et des origines différentes.

    Sidney Lumet rend d'abord hommage à la justice de son pays, qui n'autorise l'envoi d'un homme à la mort que s'il est unanimement déclaré coupable. Le système
    du " doute légitime " et de la nécessité pour l'accusation de prouver la culpabilité de l'accusé. 

    Peu à peu les membres du juré prennent conscience que leur opinion s'était forgée sur des apparences et remettent en cause leur jugement.


    votre commentaire
  • Isolés en pleine forêt dans deux cabanes qui se font face, un tétraplégique accompagné d'un infirmier rien moins qu'aimable et cinq bimbos en vacances.
    Le malheur est que le sasquatch rôde. Après avoir dévoré un cheval et un chien au prégénérique, il va trucider trois chasseurs avant de s'attaquer à plus gros gibier.

    L'abominable monstre hantant les forêts est l'une des figures emblématiques du cinéma horrifique. Changeant de nom selon les régions et les croyances (le yéti, l'abominable homme des neiges, le Sasquatch, le Bigfoot), le fameux monstre comporte des caractéristiques similaires d'un point à l'autre du globe : il est d'une grande stature, il est vêtu d'un pelage prononcé et à pour principal régime
    alimentaire l'anthropophagie. Assez étonnamment, si le monstre est une
    des figures légendaires qui hantent petits et grands de par le monde,
    celui-ci reste assez mal représenté dans le cinéma horrifique. 

     

    Plusieurs bonnes idées nourrissent cette série B, premier long métrage du fils de Lalo Schifrin qui a, pour sa part, assuré la musique. Notamment le fait que le héros soit cloué dans une chaise roulante et, tel James Stewart dans "Fenêtre sur cour", ne peut qu'assister impuissant, à travers ses jumelles, aux méfaits de la bête. Ce qui ne l'empêche pas, retrouvant ses réflexes d'alpiniste (hobby qui lui a valu son accident), de parvenir à s'en sortir avec la dernière survivante.

    Le monstre qu'on ne découvre que progressivement, est hideux à souhait, et le métrage se déroulant en une seule nuit, un suspense sans temps mort est maintenu de bout en bout. On a droit aussi a une composition brève mais saisissante de Jeffrey Combs en garagiste aux poumons mités. Certes les clichés se ramassent à la pelle mais l'ensemble est réjouissant.


    votre commentaire
  •  

    L.A. Intelligence artificielle - 2001 - Steven Spielberg

    Vieux projet que Stanley Kubrick aurait voulu monter après Full Metal Jacket, le film s'inspire d'une très courte nouvelle de l'écrivain britannique Brian Aldiss, des jouets pour l'été. Sans cesse repoussé en raison de la maniaquerie et du perfectionnisme légendaires du réalisateur, le film devait enfin être mis en route sitôt Eyes Wide Shut achevé, Kubrick se contentant toutefois de produire, tandis que la réalisation aurait échu à Steven Spielberg. Celui-ci hérita de l'entière responsabilité de l'oeuvre à la mort brutale de son concepteur en mars 1999 ; ainsi se réappropria-t-il totalement le sujet, au point de réécrire le scénario originel pour lequel Ian Watson avait succédé à Brian Aldiss.

    Dans un futur proche, la montée des eaux due au réchauffement climatique impose une stricte limitation des naissances, compensée par l'adoption de "mécas", enfants électronique semblable en apparence et en affect en leur modèles.
    Le couple Swinton, dont l'unique fils est malade, fera l'acquisition de l'un de ces chérubins factices. Toutefois, le méca David n'a plus sa place dans la famille dès lors que le vrai fils revient, guéri. Ne reste plus à la mère qu'à le perdre dans les bois, même si le petit Poucet se confondra bientôt avec Pinocchio, car David n'aura de cesse de retrouver sa Fée bleue virtuelles et d'être reconnu comme un véritable petit garçon.

    L.A. Intelligence artificielle - 2001 - Steven Spielberg

    L'oeuvre comprend trois parties distinctes, presque trois films autonomes, ce qui n'entrave nullement sa progression.
    La première, la vie de famille, la plus réussie, déborde de sensibilité et émotions.
    La deuxième, où le fugitif tombe entre les mains de forains experts en nouveau jeux du cirque présente un aspect nettement féllinien avec son extraordinaire galerie de robots grotesques conçus par Stan Winston.
    La troisième, enfin, qui opère une vertigineuse et très kubrickienne plongée dans le futur, explore un New York d'abord immergé - on y voit les Twin Tower que le réalisateur, pour faire oeuvre de mémoire, n'a pas voulu effacer lors de la sortie
    vidéo ; puis, deux mille ans plus tard, un New York figé par les glaces, tandis que des créatures métalloïdes ont pris la place de l'homme.

    Haley Joel Osment, découvert dans le sixième sens campe un David bouleversant, dont les deux fidèles compagnons sont eux aussi mécaniques : son ours en peluche Teddy et le fugitif Gigolo Joe, androïde de plaisir sans égal dès qu'il s'agit de fredonner Chantons sous la pluie en esquissant trois pas de claquettes pour séduire la gent féminine et auquel Jude Law, tout de cuir noir vêtu, octroie une singulière prestance.

    Profondément désenchanté et nostalgique, A.L. dépasse largement Rencontre du troisième type ou Minority Report pour ce qui est de la SF signée Spielberg...


    votre commentaire
  •  

    28 jours plus tard

    Un groupe d'amis des bêtes délivre des chimpanzés captifs dans un labo secret. Fatal erreur : le virus "fureur" leur avait été inoculé, qui se répand à la vitesse de la foudre à travers le pays. Une entrée choc, que suit, 28 jours plus tard, le réveil dans un hôpital de Jim, lequel se retrouve solitaire dans un monde désert... avant de rencontrer les contaminés en furie, puis quelques autres rescapés ayant échappé à la contamination.

    Le meilleur du film fait alterner de longues errances dans Londres, saisi à l'aube, vidé de ses habitants et les attaques à la brutalité imprévisible des monstres friands de chair humaine.  

    28 jours plus tard

    Danny Boyle, après son détour hollywoodien retrouve le regard acerbe et l'humour très noir de Trainspotting, ici exacerbés par un tournage en Digital Video qui donne à l'image le gros grain de la prise sur le vif. Quelques images très esthétiques (la terrasse couverte de récipients multicolores destinés à recueillir l'eau de pluie, des chevaux sauvages dans une campagne apaisée) sont à porter au bénéfice du film qui ne brille cependant pas par son originalité - Romero est passé par là, et combien d'autres lui emboîteront le pas ! -, et souffre d'une seconde moitié plus traditionnelle, alourdie par un antimilitarisme qui ne mange pas de pain, avec l'arrivée dans un camp où des soldats violeurs mitraillant à tout-va sont présentés comme ne valant pas mieux que leurs cibles. Mais l'ensemble reste d'un dynamisme enviable


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique