•  

    Conduits par Ben Wade, des hors-la-loi attaquent une diligence. Le conducteur est tué. Le fermier Dan Evans et ses deux fils ont assisté à la scène. Wade se rend ensuite dans la ville voisine, accompagné de ses complices. Dan, qui s'y trouve également, le fait arrêter. Pour gagner 200 dollars, il accepte de surveiller le malfrat. Installés à l'hôtel, Dan et son prisonnier attendent le train de 3h10 pour Yuma...

    **********

     " Je tiens 3h10 pour Yuma pour mon meilleur western : j'ai essayé de créer un nouveau style dans la manière de raconter une histoire et j'y suis parvenu, du moins je le pense " disait Delmer Daves lors d'un entretien en 1960.

    Un duel entre un fermier qui devra déjouer les ruses physiques et psychologique du hors la loi et trouver une obligation morale à sa mission et résister eux tentations du bandits. Ce même bandit, homme extrêmement intelligent, ne cesse de chercher la faille qui lui rendrait sa liberté mais peu à peu son gardien le déduit par son incorruptibilité.

    Ce film peut nous rappeler un autre grand classique du genre " Le Train sifflera trois fois " qui nous donne également une leçon sur la droiture, l'héroïsme et l’honnêteté. 
    Les deux films possèdent d'autres points commun : titres horaires - noir et blanc - mélodie et chanson - la mise en scène - même froideur et austérité apparentes - huis-clos citadin à partie d'un certain moment jusqu'à l'arrivée du train - la tension du final. Deux films très ressemblant mais paradoxalement opposé car l'un peut s'apparenter à un exercice de style et le second par une mise en scène ultra-perfectionniste. 

    3h10 pour Yuma (1957) - Delmer Daves

    Que dire du final étonnant ? Après avoir été ennemi durant tout le film, le bandit, contre toute attente, sauve le vie du fermier en acceptant de se laisser emprisonner. 
    Y a pas à dire, la nature humaine montre quelques fois son bon côté. Les deux hommes ont appris à s'apprécier et ne pas se juger. Une fois son travail accompli, le fermier recevra la prime promise et mettra ainsi sa famille à l'abri du besoin. 
    Fier d'avoir accomplit cette action à l'égard du fermier, le sourire aux lèvres il dira
    " De toute façon, il me sera facile de m'évader de la prison de Yuma ". Le fermier lui rétorque que son boulot terminé, ce ne serait plus son problème. Une amitié est-elle en train de se nouer entre les deux protagonistes ? Le bandit devient de plus en plus sympathique. Nous sommes déjà prêt à lui pardonner tous ses méfaits.

    Notons au passage que c'est Glenn Ford qui devait jouer le rôle du fermier mais il insista pour se faire donner celui de Wade. Un rôle plus complexe, à la fois enjoleur, sympathique, pervers, haïssable et il excelle dans tous ces différents registres et prouve s'il en est encore besoin de le souligner qu'il est un excellent acteur. 
      

     


    votre commentaire
  • 12 homme en colères - Sidney Lumet

    Un jeune homme d'origine modeste est accusé du meurtre de son père et risque de mort. Le jury composé de douze homme se retire pour délibérer et procède immédiatement à un vote : onze votent coupable, or la décision doit être prise à l'unanimité. Le juré qui a voté non-coupable, sommé de se justifier, explique qu'il a un doute et que la vie d'un homme mérite quelques heures de discussion. Il s'emploie alors à les convaincre un par un.

    **********

    Douze hommes, un accusé. L'enjeu du film n'est pas de savoir si le prévenu est coupable ou innocent mais de savoir si sa culpabilité ne fait aucun doute. La vie d'un homme se joue à un doute près. Une subtile nuance qui fait tout l’intérêt et la force du film puisque ce n'est pas un individu qui est jugé au travers de e film mais bien la société américaine en entier. En effet ce sont les attitudes et préjugés de juré qui sont en procès ici.

    Douze hommes, douze personnalités différentes et à travers elles ont passe en revue toutes les souches sociales. Douze hommes, un chef d'orchestre. A l'exception du premier et du dernier plan l'intégralité du film se déroule dans une pièce unique.

    Ce classique ne vieillit pas. La mécanique en est si précise, l'interprétation, si convaincante qu'il se revoit avec la même passion.

    Le film de Lumet se nourrit de l'importance des détails. Puisque le vote n'est pas unanime, les jurés vont devoir retracer tout le procès, et tenter de se convaincre mutuellement qu'il faut ou non envoyer l'accusé à la chaise électrique.

    Pour réussir un huis clos, il faut être un maître absolu du suspense. Douze hommes en colère en est empli : quand Henry Fonda se lève seul, seul contre tous, et subit la colère des autres jurés, il est difficile d'imaginer comment il arrivera à tous les convaincre.

    Cette tension est accentuée par la chaleur du " jour le plus chaud de l'année ". Tous les jurés transpirent, se plaignent, veulent en finir. La chaleur accentue l'énervement des jurés, qui sont confrontés à l'impossible contrôle de leur pulsions émotives, induites par l'absence de bien-être. 

    Chacun des jurés est désigné par un numéro : on ne connait le nom d'aucun d'entre eux. Ils sont représentatif d'une certaine Amérique. Pas de femme, encore moins de minorités, et pourtant ces blancs vont statuer sur le sort d'un homme de couleur, mais des classes sociales et des origines différentes.

    Sidney Lumet rend d'abord hommage à la justice de son pays, qui n'autorise l'envoi d'un homme à la mort que s'il est unanimement déclaré coupable. Le système
    du " doute légitime " et de la nécessité pour l'accusation de prouver la culpabilité de l'accusé. 

    Peu à peu les membres du juré prennent conscience que leur opinion s'était forgée sur des apparences et remettent en cause leur jugement.


    votre commentaire
  •  

    Cannelloni maison

    INGRÉDIENTS

     

    Sauce bolognaise avec beaucoup de hachis

    Feuilles de lasagnes barilla

    Saucisson au jambon

    Fromage en tranche

    Oeufs durs

    Fromage rapé

    Béchamel

     

    PRÉPARATION

     

    - Faire une sauce bolognaise la veille et écumer le hachis 

     

    Cannelloni maison

     

    - Cuire les feuilles de lasagnes dans l'eau légèrement salée et avec un peu d'huile. Maximum 4 à 5 feuille à la fois pour éviter qu'elles ne collent entre elles

    Cannelloni maison

     

    Une fois ramollies, mettez les dans un essuie propre

    Cannelloni maison

    - Prenez une feuille et déposez-y à un tiers environ du bord

    - Une cuillère de hachis 

    Cannelloni maison

    - Du saucisson au jambon

    Cannelloni maison

    - Le fromage en tranche

    Cannelloni maison

    - Deux tranches d'oeufs durs

    Cannelloni maison

    - Enroulez la lasagne

    Cannelloni maison

     

    Cannelloni maison

    - Déposez la dans un plat à four préalablement saucé avec la sauce bolo

    Cannelloni maison

     

    - Répétez l'opération autant de fois que nécessaire

    Cannelloni maison

    - Nappez le tout de la sauce bolognaise restante ou de béchamel ou au mieux les deux

    Cannelloni maison

     

    - Ajoutez-y le fromage râpé

    Cannelloni maison

     

    - Cuire au four chaud à 180° une petite demi-heure jusqu'a le fromage soit bien gratiné

    BON APPETIT


    votre commentaire
  •  

     

    Le commissaire Henry dévisage longuement l'homme qui vient d'entrer dans son bureau. C'est un gaillard immense qui dégage une impression de force colossales. dans son regard gris d'acier, beaucoup d'énergie mais pas d'arrogance. Le roi de l'évasion est un homme calme, qui s'exprime sans difficulté. Son maintien est aisé. de l'air le plus naturel du monde, il annonce sans détour au commissaire stupéfait : 

    " Je suis venu vous offrir mes services "

    Et sans lui laissé le temps d'avancer une objection, Vidocq lui expose son plan, des théories pour démasquer en un temps record tous les criminels de France.

    " La police, dit-il, est toujours répressive, jamais préventive. Elle n'offre donc pour les honnêtes gens qu'une efficacité relative. Alors que si vous m'en donniez les moyens, avec l'aide de quelques hommes avertis, je pourrais, grâce aux renseignements dont je dispose sur le monde de la pègre, mettre bon nombre de malfaiteurs hors d'état de nuire avant même qu'ils n'aient commis leurs forfaits. "

    Subjuguer mais séduit, le commissaire Henry pose enfin la question qu'il attend : " Si je comprend bien, c'est à vous même que vous songez pour creer une telle police ? " La réponse de Vidocq est directe " Oui Monsieur, je m'en sens parfaitement capable "

    Il n'y a pas l'ombre d'une forfanterie dans ses propos. M. Henry jette sur le bagnard un dernier regard aigu et investigateur . Tant d'assurance ne peut être feinte. Le commissaire avance quelques objection. Pour la forme, car il a déjà son opinion. Vidocq a un argument pour chacune. Un sourire, peut être le premier sourire de sa vie, éclaire sa face lorsqu'il entend le commissaire passer sans transition à l'aspect pratique de l'opération. Pour ne pas attirer les représailles immédiates du " milieu ", il faudra déguiser la liberté de Vidocq en évasion. Seul le commissaire et le préfet seront au courant de la vérité. Sur le chemin du retour vers la prison, le bagnard, redevenu honnête homme,  n'a aucune difficulté pour assommer ses gardiens et prendre le large. Mais pour cette évasion là, il ne sera jamais poursuivi. L'homme le plus persécuté de France va devenir le plus crains et le plus respecté de France. Bientôt, il s'appelera "Monsieur Vidocq ". Et puis, le "Commissaire Vidocq"

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires