• 28 jours plus tard - 2002 - Danny Boyle

     

    28 jours plus tard

    Un groupe d'amis des bêtes délivre des chimpanzés captifs dans un labo secret. Fatal erreur : le virus "fureur" leur avait été inoculé, qui se répand à la vitesse de la foudre à travers le pays. Une entrée choc, que suit, 28 jours plus tard, le réveil dans un hôpital de Jim, lequel se retrouve solitaire dans un monde désert... avant de rencontrer les contaminés en furie, puis quelques autres rescapés ayant échappé à la contamination.

    Le meilleur du film fait alterner de longues errances dans Londres, saisi à l'aube, vidé de ses habitants et les attaques à la brutalité imprévisible des monstres friands de chair humaine.  

    28 jours plus tard

    Danny Boyle, après son détour hollywoodien retrouve le regard acerbe et l'humour très noir de Trainspotting, ici exacerbés par un tournage en Digital Video qui donne à l'image le gros grain de la prise sur le vif. Quelques images très esthétiques (la terrasse couverte de récipients multicolores destinés à recueillir l'eau de pluie, des chevaux sauvages dans une campagne apaisée) sont à porter au bénéfice du film qui ne brille cependant pas par son originalité - Romero est passé par là, et combien d'autres lui emboîteront le pas ! -, et souffre d'une seconde moitié plus traditionnelle, alourdie par un antimilitarisme qui ne mange pas de pain, avec l'arrivée dans un camp où des soldats violeurs mitraillant à tout-va sont présentés comme ne valant pas mieux que leurs cibles. Mais l'ensemble reste d'un dynamisme enviable


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :